Sac parterre, la misère

En cette veille d’Halloween, parlons Superstition, (ou la liste que m’a envoyée ma collègue parce que j’avais posé mon sac parterre !)

Si un chat noir traverse devant vous = poser son sac à main à même le sol = Passer sous une échelle = malheur.

Le nombre treize (13) porte malheur en référence au nombre de convives de la Cène et aux conséquences néfastes de ce repas. C’est pour cette raison que parfois il n’existe pas de treizième salle dans un cinéma, de treizième rangée dans les avions ni de treizième étage dans les hôtels et encore moins de chambre numéro 13. En Italie, c’est plutôt le nombre 17 qui porte malheur (XVII en chiffres romains, anagramme de VIXI, signifiant en latin « j’ai vécu » — partant, « je suis mort »), le 13 étant plutôt associé à la chance. En Asie de l’Est, c’est le nombre 4, homophone en chinois, en japonais et en coréen du mot mort, qui est généralement omis (numéro de chambre, étage). (on peut prendre ce qui nous arrange !)

La couleur verte est la couleur des fées, elles seraient furieuses de voir les hommes la porter.

Répandre du sel au dessus de notre épaule permet de chasser les mauvais esprits.

Briser un miroir apporte sept ans de malheur. Dans la Grèce antique, les miroirs servaient parfois pour la divination, que le verre se brise était donc un mauvais présage.

Ouvrir un parapluie sous un toit porte malheur (les deux protections s’annulant). C’était vrai en Angleterre au XVIIIe siècle étant donné la brutalité du mécanisme d’ouverture qui risquait de casser quelque-chose ou de blesser quelqu’un.

Utiliser les béquilles de quelqu’un qui en a réellement besoin peut vous faire subir le même sort, porter des béquilles à votre tour.

Pour guérir de la morsure d’un chien, il faut manger un de ses poils. (berk)

Si une femme enceinte fait tomber des ciseaux, elle accouchera d’une fille. (voui voui voui)

Passer le balai ou se couper les ongles après 18h peut faire entrer les âmes des morts dans la maison. (Le rapport ?)

Porter une robe de mariage lors d’une fête prédit que la personne ne se mariera pas…

Le marié ne doit pas voir la mariée dans sa robe avant le mariage, sous peine que le mariage soit un échec et mène au divorce. (à mon avis y a d’autres trucs aussi !!!)

Un oiseau qui regarde à l’intérieur par la fenêtre est un très mauvais présage.

Souhaiter un joyeux anniversaire la veille porte malheur.

 et les GRI-GRIS :

– Avaler douze grains de raisin blanc au moment des douze coups de minuit du Nouvel An (et surtout bien gérer la manoeuvre de Heimlich)

– le fer à cheval (mais pas dans la tête)

– La queue de tigre accrochée au rétro pour avoir moins d’accidents (ou moins graves) (Peu élégant mais faut pas lésiner sur la sécurité !)

– La médaille de saint Christophe, dotée des mêmes pouvoirs.

– Toucher le pompon d’un marin afin que cela nous porte bonheur, ensuite ne pas oublier non plus d’embrasser le marin. (la bonne excuse !)

– Et « Porter un slip rouge et neuf le soir du Nouvel An. » Je ne sais pas ce que ça donne mais c’était dans la liste envoyée par ma collègue … cela ne nous regarde pas !

Publicités

La politesse enseignée aux enfants

Apprendre la politesse à ses enfants c’est pas d’l’tarte ma brave dame !

Surtout parce qu’on croise beaucoup d’adultes malpolis qui ne respectent pas les enfants  ! Fais ce que je dis mais pas ce que je fais !

Que dire à mon fils en trottinette qui se fait hurler dessus parce qu’il est sur la piste cyclable et qu’il « gêne » le fou du vélo qui arrive à tout blinde ?

Défends toi et réponds, tu es dans ton droit.

A petite dose j’autorise l’impolitesse/la rebellion.  Un adulte n’a pas tous les droits et ne doit pas se permettre d’être agressif/irrespectueux avec un enfant parce que c’est un enfant.

je prolonge l’enseignement de ma mère qui m’a appris que dans certaines situations il faut savoir désobéir !

Mademoiselle C. – le film

Hier soir je suis allée le voir à l’Arlequin, avec Malvi et en sortant nous n’étions pas forcément dans le même état d’esprit.

mademoiselle C

Elle était  en colère et mal à l’aise avec cette surenchère de luxe, d’argent et de faux semblant.

Industrie de la mode sensée vendre du rêve dont on peut finalement se sentir victime (fashion victim my dear ! I am).

Mon côté peste a surtout retenu des détails qui rendent les gens show-off du milieu de la mode un peu ridicules et donc plus proches de moi (eh oui ).

Pour Mademoiselle C. j’ai retenu :

– son anglais pourri
– son physique loin d’être parfait avec ses oreilles décollées (bien dissimulées sous le coiffé-décoiffé) et ses cernes
–  sa démarche saccadée inélégante sur ses échasses de 12 cm (« parce que le plus important c’est le talon en front row »)
– ses faux amis jamais là dans les moments DOWN (down down down)
– son envie de briller sous les flashs
– les photos où l’on maquille une perruque et où l’on cherche la bonne distance entre une paire de chaussures à 10 000 dollars et un sac du même acabit. (ça mérite réflexion c’est vrai)
– les budgets explosés.

Au final, il faut surtout retenir que ce documentaire ne nous apprend rien de nouveau sur le milieu de la mode, et que c’est une pub pour C. Roitfeld mais je me suis pas ennuyée et ça m’a bien interessée. Et puis j’aime la mode et je ne suis pas prête à renoncer aux belles photos  surtravaillées et retouchées, il suffit de garder la bonne distance.

Pour anecdote le mec d’une de mes copines pense que la mode est faite pour les oisives. Peut-être….. mais j’ai une question pour lui : quid du foot et des jeux vidéos ? Quid des loisirs en général ?

Philospohie du soir, bonsoir !

SMS hier de Concon suite à une conversation sur les couples et plus précisément sur la fidélité.

La question : Comment gérer une potentielle rupture (=se faire jetter comme une vieille merde) (aucune exagération de ma part) ? Faut-il anticiper ?

Et là j’hésite entre 2 proverbes :

« Mieux vaut prévenir que guérir. »

ou

« Vivre ses malheurs à l’avance c’est les vivre 2 fois. »

C’est gai !

Alors je pense que j’ai choisi le numéro 1.

je reste vigilante, j’identifie les changements, je trouve des solutions, je mets de l’énergie pour remonter la machine, je fouille le téléphone (je sais c’est moche) et surtout surtout je m’efforce de profiter de chaque moment car rien n’est jamais acquis.

La gifle : livre et série

Parfois j’apprécie ma cohérence (oui bon, j’avoue je me flatte !!) 

Dernièrement J’ai regardé et aimé La gifle série Australienne passée sur Arte .

Eh bien j ‘ai constaté que dans ma liste 2012 de livres à lire il y a  … La gifle de Christos Tsiolkas ! (Je vous laisse lire la critique en lien car je n’aurais pas pu mieux l’écrire.)

D’où cohérence.

D’où joie, bonheur et exultation.

Il m’en faut peu et j’assume !