Indispensables

pour mon été 2012 (en plus du pantalon façon pyjama que je porte non stop depuis l’achat !)

Publicités

Barbie / Rebecca

Je suis pressée que Barbie lise Rebecca.

J’ai lu ce livre il y a plus de 10 ans et il m’imprègne encore. Bien sûr je me souviens de l’intrigue et des différents rebondissements mais surtout de l’atmosphère anglaise feutrée, un peu surannée et tellement prenante. J’ai l’impression d’avoir vécu dans cette maison et d’avoir été la confidente de cette jeune héroïne un peu naïve.

Son sentiment de ne pas être à sa place, son sentiment de ne pas être légitime en épouse amoureuse de cet homme plus âgé. L’ombre de Rebecca l’idéale est pesante et ne souffre pas la comparaison.

Tout au long du récit la jeune femme s’inflige beaucoup de souffrances liées à ses interprétations, à son point de vue. Elle ne voit la situation que de sa position. Au final, regardée sous un angle différent la situation s’avère tout autre. Et de se refaire toutes les scènes dans sa tête au dénouement.

Alors je résume ce livre 12 ans après – j’en ai sûrement gardé que ce qui m’a touché.

Barbie qu’en penses-tu ? ( et non pas quand penses-tu ???)

Pffff tant d’efforts…

Nouvelle paire de derbies blanches dans ma penderie. Première sortie ce matin avec un pantalon 7/8 noir en lin et un tshirt rose.

Un coup d’oeil satisfait dans le miroir. Un départ au boulot bien contente, une journée qui commence bien !

Arrivée au bureau en même temps qu’un collègue qui me dit :  « ah ben de loin je ne t’ai pas reconnu avec ce look sportwear en jogging et basket blanches. »

Je crois que je me suis étranglée !

Influence du dailyELLE

Concept auquel je ne croyais pas et que finalement je suis tous les jours  !

Voire auquel je suis carrément accro. C’est le format idéal pour l’iPad, c est drôle, ça prend 5 minutes à parcourir et surtout ça renseigne ( oui madame pour savoir keskekondoiporter / keskondoiconnaître ).

bref j’adore !

Quel choix ?

United nude

Le concept

Dimanche après-midi, nous nous sommes arrêtés pour boire un café au dernier bar avant la fin du monde avenue Victoria.

Nous nous sommes assis en terrasse à une table centrale, inoccupée.

Nous avons attendu 5 puis 10 puis 15 minutes pour essayer de passer une commande. Un serveur gérait la zone à notre droite et une serveuse la zone à notre gauche. Personne n’était préposé à notre table.Nous étions sur un no man’s land de la serve !

Nous n’avons pas commandé, nous n’avons pas été servis, nous n’avons pas consommé, nous n’avons pas réglé.

Innovation.

Super concept. Super anecdote.