Et si je m’y remettais ?

pas au sport (beurk) trop mauvais pour la santé !!!

mais au blog – ou à l’écriture ! Juste pour moi pour conserver mes souvenirs et ceux de mes enfants ! pas de l’intime mais du vécu !

Ecrire aussi pour partager !

Mais comment faire pour récupérer mes anciens posts et les compiler sur un support non périssable (du papier !!) ?

Publicités

Question d’un père à sa fille – la valeur des choses – leçon 1

– Alors Rose si je te dis cette montre vaut 1000 euros aujourd’hui. Tu l’achètes, et le fait de l’acheter fait que dès le lendemain elle ne vaut plus que 500 euros. Qu’est-ce que tu fais ?

et Rose de répondre en haussant les épaules.

-Ben je l’achète le lendemain !!!! (pas folle la guêpe)

 

Pas facile à retranscrire en fait !!

Diptyque m’entends-tu ?

Samedi toute contente de moi je rentre avec une nouvelle bougie DiPTYQUE : Feu de bois (Top 3 des senteurs ! ).

Jamais je ne serai allée sur un parfum comme ça si au Nouvel An nous n’avions pas fait un super feu de cheminée (à paris oui Madame). Envie de retrouver l’odeur du feu de bois, nostalgie…

Bref je rentre – j’allume ma bougie – et là Rose me dit : « oh maman ça sent trop bon …la merguez ! »

Ok – faites des gosses !

 

 

Il m’arrive des trucs !

Ai repéré une parka HEIMSTONE pour cet hiver. Mais je la trouve un peu chère à acheter au prix fort.

Inespéré, elle apparait récemment sur leboncoin à un prix plus raisonnable, neuve jamais portée (pour cause c’est celle de cette saison et les grands froids n’ont pas encore frappés). Je saute sur l’occasion.

Ma seule problématique est que HEIMSTONE taille grand et même en 34 suis pas sûre de ne pas être perdue dedans. Je propose à la vendeuse d’aller l’essayer en boutique et de revenir vers elle , si elle me va. Elle me répond directement que je peux venir l’essayer chez elle. C’est sur ma route, j’accepte , je trouve ça gentil. (bon je me suis quand même dit que ça pourrait être un piège 😉 – mais j’y suis allée !!! ce n’était pas un piège)

L’accueil est très chaleureux, l’appart ressemble au mien, l’essayage dure 5 minutes, malheureuement la parka est trop grande et je repars.

Et c’est dans le métro que je réalise que la vendeuse est une créatrice de sacs d’une petite marque que j’affectionne !

Voilà l’histoire. Dingue non ?

Comment on les appelle déjà ces matins ?

Ce matin ça a mal commencé.

Ma voisine n’a plus internet et veut se mettre sur notre réseau. Il est 8h15.
Je lui donne les paramètres – comme elle ne sait pas faire – je propose de lui montrer comment faire pour « faire d’elle une femme indépendante » (joke).
Bien, je me suis pris dans la tête que « étant séparée avec 2 enfants, elle était indépendante, l’avait assez prouvée et n’avait pas besoin de donneuse de leçon ». Gloups. Ok. Fais plaisir à Bertrand il te le rendra en chiant. (c’est une image – je n’ai rien contre les Bertrand)

Il est maintenant 8:35.
Toujours pas lavée pas habillée (glamouuuuuuuur) (j’ai déjà derrière moi un étendage de linge, un rangement de lave vaisselle, une programmation de machine et un rangement de l’appartement + la connection internet bien sûr).

8h50 au pied du métro (OK peut-être 9h00)
Suicide sur ma ligne. Blocage total – 2 stations de métro à marcher en talon de 9 cm (ça serait trop facile sinon). 2 eme effet kiss kool du matin.

Bref arrivée au bureau avec une bonne heure de retard.

Matin de merde !

et pour les fans de JJG : Un matin un matin ça ne sert à rien

Encore un matin
Un matin pour rien
Une argile au creux de mes mains
Encore un matin
Sans raison ni fin
Si rien ne trace son chemin

Matin pour donner ou bien matin pour prendre
Pour oublier ou pour apprendre
Matin pour aimer, maudire ou mépriser
Laisser tomber ou résister

Encore un matin
Qui cherche et qui doute
Matin perdu cherche une route
Encore un matin
Du pire ou du mieux
A éteindre ou mettre le feu

Un matin, ça ne sert à rien
Un matin
Sans un coup de main
Ce matin
C’est le mien, c’est le tien
Un matin de rien
Pour en faire
Un rêve plus loin

Encore un matin
Ou juge ou coupable
Ou bien victime ou bien capable
Encore un matin, ami, ennemi
Entre la raison et l’envie
Matin pour agir ou attendre la chance
Ou bousculer les évidences
Matin innocence, matin intelligence
C’est toi qui décide du sens

Un matin, ça ne sert à rien
Un matin
Sans un coup de main
Ce matin
C’est le mien, c’est le tien
Un matin de rien
Pour en faire
Un rêve plus loin

Dialogue mère fille

Moi : ma chérrrriiiiiiiiiiiiiie je vais te trouver un petit trench chez zara la prochaine fois que j’y vais.
(sous entendu je vais le choisir seule et tu vas adorer)
Rose (8 ans et demi) : (très sérieusement) (et je dois avouer avec un peu d’insolence) Si tu crois q’on a les mêmes goûts toi et moi, alors là on a un gros problème.

je le redis « Faites des gosses »
et le trench ma petite tu peux oublier !